Sur place ou à emporter, le festival 100% villeurbannais


La semaine passée il s’agissait de la quatrième édition de « Sur Place ou à Emporter ». En tant que nouvelle villeurbannaise il me tardais d’y aller.



























Le programme s’étalant sur trois jours propose à la fois des découvertes culturelle et gustatives. Aussi le festival est organisé par le management de centre ville  Destination Gratte Ciel porté par la Sivu. C’est surtout le moment pour découvrir les artisans du quartier via des ateliers et le food court.  Pour ma part mon choix s’est portée sur la ballade découverte et gourmande du quartier ainsi que le brunch des commerçants le dimanche. Avant notre tour je dois dire que je connaissais mal ce quartier qui fait maintenant parti de mes habitudes. 

La visite découverte/ gourmande

Le point de départ de notre visite à été au pied de la cheminée place du centre (esplanade Geneviève de Gaule), la cheminée de cette esplanade est le symbole de la période du 19 ème ou Villeurbanne était une ville industrielle. En 1820, on comptait 1900 habitants et son lot de champs, aujourd’hui on en compte 150 000 (c'est la seconde plus grande ville du Rhône).  D’ailleurs Villeurbanne garde un passé de ville d’ouvriers.  Lazare Goujon maire en 1924 est à l’origine de la création du centre-ville de Villeurbanne afin que les ouvriers puissent profiter de leur ville. 

Ensuite nous avons été à la boulangerie Chez Louis ou nous avons parlé farine, levain et pain. 
Les ingrédients du pain sont les suivants : farine, eau, levure fraîche, sel. Chez Louis on utilise un levain liquide qu’on réactive quotidiennement. Différentes farines sont aussi utilisées comme la T110 moulue à la meule de pierre.
On y apprend aussi que le pain est cuit à 260°C, sur un sol en pierre. La cuisson d’une baguette oscille entre 18 / 19 min , on est sur le double de cuisson pour une flute et moitié moins pour une ficelle. 































En poursuivant la ville on apprend aussi que l’avenue Henri Barbusse sera prolongée d’ici 10 ans jusqu’au parc du centre (la ou il y a la cheminée), 900 nouveaux logements seront construits. 

Puis nous avons mis le cap à la cave des Gratte Ciel, ou nous avons été très bien accueilli, un grand oui au verre de Chardonnay frais (provenant du Beaujolais). On trouve tout type de vin, les prix des bouteilles allant de 5€ jusqu'à des milliers d'euros. On sent qu'on a affaire à des passionnés. 







Nous nous sommes ensuite rapprochés de l’avenue Henri Barbusse qui a été construite entre 1929 et 1934. L’architecte des immeubles Môrice Leroux s’est inspiré des immeubles de New York et Chicago. Les ossatures des immeubles sont métalliques et le remplissage est en brique. 





























En rebroussant chemin pour nous rendre à la fromagerie Verlaine, nous apprenons que le TNP était à l’origine un dispensaire. Lazare Goujon était médecin avant d’être maire. Pour lui il était important que les ouvriers aient accès au soin. Depuis 1972 il a été rebaptisé TNP (théâtre national populaire) , il compte 668 places et à sa propre brasserie. (important pour créer du lien selon Môrice Leroux)






























Dernière halte à la fromagerie Verlaine, installée depuis 9 ans à Gratte Ciel, son fromager Benoit Charon est même président des fromagers d’Auvergne Rhône Alpes. 
































On a cru que la visite touchait à sa fin mais nous avons eu droit à la visite surprise de l’appartement témoin des Gratte Ciel. Cet appartement de 42m2 est meublé façon année 1930 et rien n’a changé. On peut le visiter pendant les Journées du Patrimoine notamment. L’entrée se fait directement dans la cuisine, vous avez ensuite une chambre et un séjour. 



































Brunch des commerçants 
On avait passé un super moment il y a 2 ans à ce brunch alors nous y sommes retournés avec joie cette année. Et même que c'était année, il y avait plus de commerçants donc plus de choix.  Les commerçants du quartier proposent leurs produits et vous pouvez vous asseoir pour déguster tranquillement votre butin. Ajoutez à cela de la musique, du soleil et hop le tour est joué. 
On a dévoré les viennoiseries de la Maison Bettant, mention à la tarte aux pommes qui est délicieuse. Je crois que Charlotte a kiffé son roulé au citron. Bref c'est ma boulangerie préférée de la ville. De la viande ainsi qu'un plateau de charcuterie provenant de la Maison Pinatel, arrosée de la bière de la Cave des Gratte Ciel. Était aussi présent : le Biocal, le traiteur Jammes, l'épicerie Daniel et Denise, la boulangerie Chez Louis. Que du beau monde !
On a encore une fois passé un bon moment avec Charlotte et Camille  

Je suis tellement contente et fière d'habiter dans ce quartier, je ne regrette pas une seule seconde d'avoir déménagé à Villeurbanne cet hiver. C'est aussi grâce à ce genre d'évènement qu'on se rend compte qu'on a de chouettes artisans et aussi une ville qui bouge. Vive Gratte Ciel. 

Et vous, Gratte Ciel vous connaissez ? 













3 commentaires

  1. Chaque année je ne suis pas là :-(
    La vue de la terrasse des Gratte-Ciel a l'air terrible !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah nan dommage !
      il a fait si beau et la vue du 14 ème étage est trop belle
      L'année prochaine tu dois le faire :)

      Supprimer
  2. Je confirme que ce rooftop est vraiment exceptionnel ! Il y en a si peu à Lyon, et celui-ci vaut vraiment le détour :)

    RépondreSupprimer