Kuma Izakaya



Réserver un jeudi soir à 22h30 nous nous sommes rendues à trois chez Kuma Izakaya le lendemain midi. 

Il vous faudra surement réserver car on peut compter le nombre de tables sur la main. J’aime bien les petits restaurants, ce n’est pas bruyant et vous pouvez discuter tranquillement avec vos convives. Chez Kuma on ne fait pas dans le grand mais qu’importe. 

La décoration vous fait vite comprendre que vous atterrissez en plein Japon. Ne venez pas chercher de sushis ici il n’y en a pas et c’est tant mieux. Tous ces pseudos sushis agrémentés de trois tonnes de riz ont tendance à m’hérisser les poils des bras et ouf chez Kuma on n’en fait pas. 



La carte plutôt simple et claire est scindée en plusieurs parties.

En première partie  on trouve des menus pour les lunchs de la semaines pratique quand on veut déjeuner sur le pouce puis les entrées, les plats et les desserts à la carte.

Nos guiozas au poulet cuit à la vapeur étaient bons. Bien garnis avec pas trop de pâte autour.  Vous pouvez opter pour une cuisson friture si ça vous dit. D’autres salades sont aussi proposées.

Concernant les plats, plusieurs sortes de nouilles sont proposées. Une petite explication s’impose. Vous avez le choix entre Yakisoba (nouilles de sarrasins) ou Udon (nouille au diamètre large de riz). Ces deux types de nouilles ne sont pas cuisinées dans du bouillon.
 Vous aurez donc moins de risque de vous salir ! Nous avons choisi les yakisoba au poulet et les udon au poulet. L’assaisonnement est bon, les morceaux de poulet un poil croustillant avec sur le dessus des copeaux de bonites séchées. J’adore la bonite. Les yakisoba et udon sont proposées au poulet, au porc, aux légumes et aux fruits de mer.  

Si vous préférez avoir vos nouilles dans du bouillons optez pour le ramen. Qui m'a paru très alléchant.

Ne vous inquiétez pas, si les baguettes vous paraissent compliqué vous pouvez demander une fourchette. Perso mes copines ont en demandé.


Pour bien conclure ce déjeuner japonais nous choisissons sans aucune hésitation le tiramisu au thé vert. Une part généreuse servi dans un petit bol. C’était bon, l’unique remarque serait que la crème manquait un poil de fraicheur. Cependant ils ont été préparés sous nos yeux. Ce qui est fort appréciable. 

Une question sur les desserts  me trotte dans la tête, pourquoi les restaurants japonais nous proposent des desserts italiens comme du tiramisu ou français comme des financiers sur leur carte? N’ont- ils pas leurs propres desserts? Oui ils y ajoutent des saveurs à eux comme le matcha ou le sésame noir ou blanc. 
Mais j’aimerais bien voir les cartes de desserts se japoniser un peu plus. Quitte à proposer des desserts qu’on ne connais pas forcément. 

Ajouté à cela un service agréable, qui a répondu volontiers à nos questions sur les nouilles.

19 euros pour une entrée partagée un plat et  un dessert. Mais pourquoi ne suis-je pas venue avant. Kuma c’est la très bonne surprise du midi si vous travaillez à proximité du 6ème.


Sayonara Kuma !












1 commentaire

  1. Je connais le restaurant Kintaro rue saint augustin à Paris un petit régal ! avec de la cuisine authentique ! ils proposent en dessert des boules de glaces au sésame noir et au thé matcha et des yukimi : glace vanille enrobé de pâte de riz, je ne sais plus le nom mais il y a des boules de riz agrémenté de prunes ou de la pâte de haricot rouge !! ca y est j'ai faim =)

    *tamtam

    RépondreSupprimer